ARMES MILITAIRES

Un phénomène étrange a fait son apparition, celui des traînées d’avion qui restent visibles bien plus longuement que les autres classiques, et qui vont, en se dispersant, comme jeter un voile sur notre ciel bleu.

chemtrails-ependages-chimiques-stopintox-net

Des analyses de sols à travers le monde montrent d’ailleurs des taux élevés de particules toxiques d’aluminium et de baryum entre autres, suggérant une liaison fortement probable.

Ainsi par exemple des analyses d’eau de pluie du Doubs de décembre 2016, fait par le laboratoire Qualio de Besançon et ordonné par l’association ACSEIPICA, montrent des taux de 19,7 µg/L de strontium, 18,5 µg/L d’aluminium, 10 µg/L de baryum et 2 µg/L de titane :

À noter que ces valeurs d’aluminium et de baryum ne sont que des fractions des normes de l’OMS sur l’eau potable.

Ci-desous le documentaire anglais “What in The world are they spraying ?”, sous-titrée en français :

Dans ce reportage on découvre également par exemple une analyse d’eau provenant de neige fondue d’une montagne californienne. Autrefois considérée comme pure et bue par le randonneurs, le résultat montre un taux d’aluminium de 61 000 µg/L …

Projet secret pour nous protéger du réchauffement climatique, aide pour les radars, que a-t-il derrière tout cela une idée moins sécurisante ?

 

« J’ai personnellement vu les les avions épandeurs au sol à Lincoln, Nebraska, USA à l’aéroport du Air National Guard. Des avions sans marquage (…) Il faut les arrêter (…) C’est une crime contre l’humanité »
Ted Gunderson, ancient agent du FBI et ancien responsable du bureau de Los Angeles

 

Sachez que le militaire américain a déjà mené des expériences secrètes avec des épandages dans l’air. Ainsi, comme cela a également été relayé par le journal britannique Daily Mail, ceci fut pendant des années le cas sur les citoyens de Saint-Louis au Missouri aux Etats-Unis.

Bien que l’on sache que le gouvernement a pulvérisé des particules de sulfure de zinc et de cadmium (ZnCdS) « inoffensifs » sur la population générale à St Louis dans les années 1950, le professeur Lisa Martino-Taylor, sociologue au St Louis Community College, affirme qu’un additif radioactif a également été mélangé avec le composé.

Elle a accumulé des descriptions détaillées ainsi que des photographies de la pulvérisation qui a exposé le public involontairement, principalement dans les communautés à faible revenu et minoritaires, aux particules radioactives. « L’étude était secrète pour la raison. Ils n’avaient pas de bénévoles se renforçant et dire oui, je vais respirer du sulfure de zinc et de cadmium avec des particules radioactives », a déclaré le professeur Martino-Taylor. Concernant ces épandages militaires de 1953 à 1954 et 1963 à 1965, elle a également accumulé des centaines de pages d’informations déclassifiées, qu’elle a mis à disposition en ligne.

Dans cette ville, l’armée a mis des pulvérisateurs chimiques sur des bâtiments, comme des écoles et des logements publics, et les a installés dans des wagons de stationnement pour usage mobile.
Malgré l’ampleur de l’expérience, les politiciens locaux n’ont pas été informés du contenu des tests. On a dit aux habitants de Saint-Louis que l’Armée mettait à l’essai des écrans de fumée pour protéger les villes contre une attaque russe.

Dans sa recherche, elle a constaté que la plus grande concentration de pulvérisation à St Louis était dans un complexe d’habitation publique, qui abritait 10 000 résidents à faible revenu. Elle a déclaré que 70{a3a8e1e8807b45d03ee4be2bc1eeda76ffdb7d9d4ec8067cabae48ead828cc34} de ces résidents étaient des enfants de moins de 12 ans.
Le professeur est devenu intéressé par le sujet après avoir entendu des rapports indépendants de cancers parmi les résidents de la ville vivant dans ces zones à l’époque.
« L’idée que des milliers d’habitants du Missouri étaient involontairement exposés à des matériaux nocifs afin de déterminer leurs effets sur la santé est absolument choquant. Il ne faut pas s’étonner que ces individus et leurs familles réclament des réponses de fonctionnaires gouvernementaux », déclarait le sénateur Blunt.

 

 

France 5 Hérault consacrait un reportage à la question des filaments tombant du ciel. Il montrait notamment comment un militant d’une association ramasse un tel filament d’une grille et le scientifique ayant fait l’analyse de ce dernier évoquer une origine non-naturelle pour privilégier l’hypothèse qu’ils soient diffusés par les avions. Ces filaments sont mis en relation avec une maladie nommée celle des morgellons :

Notez que cette maladie n’est pas officiellement reconnue, malgré tous les éléments.

Ci-dessous une photo publiée par l’équipe du scientifique allemand Harald Kautz-Vella sur leur site d’une personne ayant cette maladie :

morg1

Ce dernier chercheur décrit aussi que le gens ayant cette maladie décriraient un « sentiment de fourmillement » sous la peau, et que la désacidification et la diminution de métaux lourds dans le corps pourrait la guérir.
Il explique également avoir commencé à se poser des questions sur d’éventuels épandages d’avions lorsqu’il trouvait dans des analyses de sols norvégiens des taux élevés d’aluminium, baryum et strontium.

Vella et d’autres scientifique comme le Dr Hildegarde Staninger expliquent que les filaments de cette maladie ont une grande résistance notamment à des température allant à plus de mille dégrées, ont une grande conductivité électrique et différentes couleurs aussi. Ils disent que la maladie se développe de l’intérieur vers l’extérieur du corps et que certains enfants sont nés avec cette maladie. Les chercheurs informent y avoir trouvé des composants de polyester ou silicone et, comme pour d’autres particules des ces chemtrails, être composé de fibre de nanoparticules.

La fondation Charles E. Holman a écris un rapport résumant cette maladie, le voici :

La maladie de morgellons (MD) est une maladie « multisystème » caractérisée uniquement par la formation de fibres inhabituelles dans la peau. MD est une affection débilitante, douloureuse et touchant la vie, consistant en des lésions cutanées à guérison lente, une fatigue écrasante, des troubles gastro-intestinaux et un éventail de déficits neurologiques. Les patients atteints des morgellons peuvent éliminer des particules apparaissant inhabituellement de la peau, décrites comme des fibres, du sable ou des semences, des taches noires ou des particules cristallisées.
La caractéristique distinctive de la maladie de morgellons (MD) est la présence de fibres microscopiques sous-cutanées parfois appelées filaments dans la peau. La microscopie éclairée (60 x minimum) permet la visualisation de ces fibres inhabituelles, souvent de couleur rouge, bleue, noire, blanche ou claire, noyées dans les lésions cutanées ouvertes ainsi que leur présence sous la peau intacte.

Les patients et les médecins interprètent souvent mal les symptômes des morgellons comme étant d’origine parasitaire, mais les chercheurs conviennent qu’aucun parasite n’est impliqué dans l’étiologie des morgellons. Il a également été déterminé qu’il n’y a pas de composants fongiques à l’étiologie des morgellons.
La Borrelia, une bactérie spirochète, a été détectée dans tous les sujets de morgellons étudiés jusqu’à présent. La Borrelia est détectée par plusieurs méthodes en abondance au sein des lésions cutanées des morgellons, y compris la culture. D’autres bactéries couramment trouvées dans certaines lésions cutanées de morgellons incluent H. pylori, Bartonella et Treponema denticola.
La recherche a déterminé que les filaments et les matériaux hangar sont des produits de cellules épithéliales et sont composés de collagène et de kératine. Les filaments peuvent souvent être visualisés directement à partir des cellules et un noyau retenu peut souvent être visualisé à la base du filament. La coloration des filaments n’est pas bien comprise, mais la recherche a montré que les filaments bleus contiennent des granules de mélanine.

Ils notent parmi les signes et symptômes de cette maladie les suivants :

  • Sensations rampantes sous la peau
  • Lésions de guérison lente spontanément apparentes *
  • Objets / granulés semblables à des graines et taches noires sur / dans la peau
  • Boules « sur / dans la peau intacte »
  • Fils fins, comme les fibres colorées, sous et / ou extrudés de la peau
  • Vie altérant la fatigue
  • Trouble neurologique
  • Changements visuels et auditifs
  • Brouillard cérébral et diminution des capacités cognitives supérieures
  • Chute de cheveux
  • Douleurs musculaires et douleurs articulaires

* Il est important de noter que certains patients n’ont pas de lésions, mais ont des fibres visibles à l’intérieur ou en saillie de la peau intacte quand on les voit avec un microscope à main, éclairées à 60x – 100x. Certains patients ne ressentent pas de démangeaisons intenses.

 

Ce témoignage d’un allemand, disant avoir travaillé en tant qu’ingénieur sur des avions impliqués, affirme la réalité du phénomène :

Et voici quelques photos qui ont apparu sur internet, donnant une idée de leur existence :

chemtrails-ependages-chimiques-mosaique-stopintox-net

 

Quel rapport ont les informations ci-dessus avec le programme militaire américain HAARP ( High-frequency Active Auroral Research Program – programme de recherche dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales), dont I-Télé avait consacré une enquête ? :

Dans ce reportage parle également le chercheur Dr. Nick Begich, fils aîné de l’ancien député du congès des États-Unis d’Alaska, Nick Begich Sr. Il indique dans d’autres interventions que HAARP servirait entre autre aussi comme système de défense pour les missiles aériens par exemple et permettrait également à influencer les capacités mentales à travers des basses fréquences. Ainsi, l’armée américaine aurait selon lui rendu dociles des soldats dans la dernière guerre d’Irak avec des ondes électromagnétiques de cette arme.
Il raconte que plusieurs de ces installations existent sur le globe, notamment une en Norvège, dirigée par l’institut Max Plank.

 

Concernant des techniques de contrôle mental, des essais durant la deuxième guerre mondiale ont été rendus publics, mais est-ce que cela s’est vraiment arrêté pour autant ?
Non, car en 1975 la CIA dévoile un projet secret illégal au nom de MK-ULTRA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l’injection de substances psychotropes ou par signaux bioélectriques. De 1951 à 1963, il se nommait projet Artichoke ; le projet Bluebird (1951-1953) lui est apparenté.

Divers témoignages de victimes et d’autres éléments viennent confirmer l’existence de ces programmes, comme l’a montré également un récent documentaire de France 3. Dans ce dernier, une victime explique avoir eu plusieurs séances d’électrochocs et que sa psychologue lui a fait découvert une cicatrice à l’arrière de sa tête, en suggérant un implant.

Ce témoignage rejoint tant d’autres, montrant des images IRM notamment de leur implant au niveau du cerveau à l’appui. Mainte fois ces personnes expliquent que les activités de contrôle mentale continuent à ce jour.

Le reportage de la chaîne française se questionne aussi sur une éventuelle implication de la CIA dans l’affaire du village du Gard Pont-Saint-Esprit de 1951. Dans cette dernière, près d’une vingtaine de malades venaient consulter pour des problèmes digestifs : nausées, vomissements, frissons, bouffées de chaleur. Les jours suivants, les symptômes s’aggravaient et mutaient en crises hallucinatoires insupportables.

Les comptes rendus de l’époque décrivent la petite bourgade comme un enfer dantesque. Transportés à l’hôpital sur des charrettes ou des voitures, les malades hurlaient, gémissaient et s’insultaient. D’autres, la bave aux lèvres, terrorisés par le bruit des sirènes des ambulances, déambulaient dans les rues. Bêtes immondes, chimères et flashes colorés peuplaient leurs délires, lorsque ce ne sont pas les flammes ou des voix d’outre-tombe. Un homme se prenait pour un avion et sautait du deuxième étage, un autre s’imaginait avoir mangé des serpents ou encre un gamin de 11 ans tentait d’étrangler sa mère. Les manifestations psychiques ont durées encore quelques mois, pour ne disparaître que fin octobre.

Bilan : plus d’une dizaine de morts, plusieurs centaines de malades, dont une soixantaine furent internés dans des hôpitaux psychiatriques

Selon des tas d’autres témoignages et faits établis, à part contrôler une personne par des produits chimiques ou signaux électriques, la torture serait surtout également utilisée pour fragmenter l’esprit de la victime. Simon Parkes, politicien du parti travailleur anglais et maire d’une ville dans ce pays, évoque que ceci serait utilisé pour les soldats afin de les programmer pour pouvoir mieux les contrôler ensuite, en se servant de mots clefs par exemple. Il prétend également que cette technique serait appliquée par des politiciens pour former leurs esclaves sexuelles, en faisant entre autres allusion à Bill Clinton. On pourrait donc y voir une corrélation avec le contrôle mental et les réseaux pédocriminels du chapitre précédent. Ce maire anglais de Whitby dit proposer depuis des années gratuitement de l’aide à la « déprogrammation » des , venant des quatres coins du monde.

L’enquêteur suédois Henning Witte dit avoir eu l’information que pour pouvoir contrôler les victimes à distance, on se servirait d’ondes scalaires, sur lesquelles le scientifique Konstantin Meyl travaille entre autre avec Luc Montagnier pour la guérison du cancer comme vu auparavant.
Ces ondes électromagnétiques longitudinales traverseraient selon les deux sans pertes significatives même des matériaux hautement ferromagnétiques, contrairement aux ondes électromagnétiques transversales. Cette caractéristique expliquerait pourquoi les victimes entendraient les commandes même en étant à des centaines de mètres au sous-sol. Les ondes seraient notamment émises par les antennes servant aussi pour les réseaux de communication, tel que pour les téléphones portables. Un mot clef anglais pour designer ces victimes est d’ailleurs « targeted individuals », individus ciblés, pour ceux qui veulent creuser davantage le sujet.

L’expert de Suède dit que les victimes trouveraient du soulagement en utilisant de l’or dit homéopathique et que le contrôle mental ne peut pas atteindre la fréquence du coeur. Il met également en garde concernant l’église de Scientology qui proposerait d’aider, mais qui serait au faite elle-même un projet de contrôle mental de la CIA.

Partager